Politique : le parlement exige la rigueur dans la répression des crimes de violences sexuelles basées sur le genre

Après une enquête à l’échelle nationale sur les violences basées sur le genre, la commission permanente chargée des questions sociales à l’Assemblée Nationale constate que la loi portant prévention et répression des violences sexuelles et basées sur le genre promulguée le 22 septembre 2016 n’est pas respectée. Le rapport a été présenté aux élus du peuple ce mercredi 15 mars 2017.

Le président de la commission déplore que la répression des violences sexuelles basées sur le genre est bloquée par la rigidité des mentalités des Burundais dans ce domaine. « Même certains administratifs à la base sont polygames et violentent leurs femmes d’où la répression des crimes de ce genre cause toujours problèmes », regrette Honorable Adolphe Banyikwa président de la commission permanente chargée des questions sociales à l’Assemblée Nationale. Pour cet élu du peuple, les administratifs à la base polygames ou qui violentent leurs femmes donnent de mauvais exemples au peuple et devraient être limogés.

Cette commission suggère aux instances habilitées dont le ministère des droits de la personne humaine et du genre de s’impliquer davantage pour la sensibilisation de la population sur le contenu et le bien fondé de la loi du 22 septembre 2016. Les églises sont aussi appelées à aider dans la vulgarisation de cette loi.

Pour Adolphe Banyikwa, « il ne faut pas espérer avoir une église unie qui repose sur des bases solides quand des femmes ne sont respectées et protégées au niveau de leur foyer et cela doit avoir des répercussions sur tout le pays », a t-il précisé.

La chambre basse du parlement demande aux instances judiciaires de décourager ce phénomène de violences sexuelles basées sur le genre en punissant, conformément à la loi, les auteurs sans considérer leur rang social.


Publié le 16 / 03 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire