GENEVE : Le collectif des victimes et de la partie civile demande à la CPI d’ouvrir des enquêtes

A l’occasion de la 36ème session du conseil des droits de l’homme à Genève, le collectif des victimes et parti civile des violences commises au Burundi dénonce des lobbyings de certains dirigeants burundais qui cherchent à éviter l’émergence d’un processus d’enquête judiciaire fiable.

Bujumbura a envoyé une forte délégation conduite par le ministre des droits de l’homme et du CNDIH pour tenter de bloquer toute suite au rapport rendu public le 4 septembre 2017 par les experts de l’ONU sur les violations des droits de l’homme au Burundi. Un rapport qui relève l’existence de plusieurs cas de tortures, exécutions extrajudiciaires, des cas de disparitions forcées et des violences sexuelles commises depuis avril 2015 au Burundi.

Selon ces familles, les enquêteurs ont rencontré des victimes de violences et les témoignages étaient précis et concordants. Il en est de même pour les récits des disparitions ou d’assassinats. Ils rappellent que les crimes commis sont imprescriptibles et les familles ne renonceront à ce que justice soit faite.

Dans un communiqué de presse sorti ce mercredi 18septembre 2017 à Genève, ce collectif dit que seuls les services d’enquête du bureau du procureur de la Cour Pénal Internationale CPI sont en mesure de jouer un rôle positif à cet effet. Personne sauf le bureau du procureur n’a le budget et les moyens techniques pour mettre en œuvre une enquête indépendante tout en garantissant un minimum de sécurité aux familles de victimes et aux témoins.

Le collectif Justice for Burundi dit que leur préférence est que justice soit rendue en Afrique .Toutefois, la justice burundaise n’a rien assumé et aucun autre outil judiciaire et d’enquête policière n’existe hormis la CPI. Il demande aux personnalités et les Etats, appelés à voter les résolutions pour qu’ils puissent accéder aux victimes le droit à la justice.


Publié le 19 / 09 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire