Droits de l’homme : le CNIDH plaide pour un allégement des sanctions contre les organisations de la société civile

Dans une interview accordée à la presse ce mercredi 11 janvier 2017, le président de la commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) interpelle le gouvernement du Burundi à alléger les sanctions prises contre certaines organisations de la société civile.
Jean Baptiste Baribonekeza demande aux organisations victimes de ces mesures drastiques de ne pas faire un bras de fer et de s’asseoir avec l’état pour enlever les malentendus. Le président du CNIDH indique que ces organisations jouent un rôle important pour dénoncer les violations des droits de l’homme et de faire un clin d’œil au gouvernement dans le respect de la loi.
Jean Baptise Baribonekeza reconnait que la radiation des organisations de la société civile constitue une perte à la fois pour l’état, pour ces organisations et pour la population bénéficières des activités de ces mêmes organisations.

Six organisations de la société civile burundaise dont APPRODH, FORSC, FOCODE, RCP, ACAT BDI, coalition Burundaise pour la cour pénale internationale et la ligue des droits de l’homme Iteka ont été radiées par le ministère de l’intérieur et de l’encadrement civique. Le gouvernement accuse ces organisations de défense des droits de l’homme de produire des rapports sur la situation des violations des droits humains au Burundi qu’il qualifie de faux .
Toutefois, ces organisations continuent à travailler dans la clandestinité. Le président de la commission CNIDH appelle ces organisations à saisir la justice en cas de pareilles mesures radicales au lieu de faire un bras de fer qui ne favorise pas le dialogue.


Publié le 11 / 01 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire