Burundi : l’ACAT- Burundi a enregistré 24 cas d’assassinats et de disparitions forcées dans une période de trois mois

Ce rapport trimestriel de l’ACAT - Burundi couvre la période du 01 février au 31 mai. Il évoque l’assassinat de Niyonizigiye Stany, retrouvé mort non loin de son domicile de Kinanira III, en Zone urbaine de Kinindo, Commune Muha le 11/04/2017. Les auteurs et les motifs de son assassinat restent jusqu’à présent inconnus. Il note aussi l’enlèvement d’Egide Nimenya, étudiant à l’Université du Burundi, Faculté de psychologie et Science de l’Education, BAC II , qui a été enlevé par les agents du Service de Renseignement en date du 20/4/2017. Aucune procédure judiciaire n’a été engagée pour le retrouver.

L’ACAT- Burundi revient également sur les cas d’Oscar Ntasano, ancien Sénateur du CNDD-FDD (parti au pouvoir) et propriétaire du « NONARA BEACH » sur la route Gatumba – Bujumbura, qui est toujours porté disparu depuis son enlèvement le 20/04/2017. Il a été enlevé par quatre individus non encore identifiés au moment où il répondait à un coup de fil. Son véhicule a été retrouvé à Muyinga avec un cadavre de celui qui l’avait appelé sur téléphone. L’autre cas est celui de Bizimana Isaac, de nationalité rwandaise, âgé de 22 ans, arrêté en date du 21/04/2017 au moment où il rentrait de Kigoma. il est introuvable au cachot de Makamba où il était détenu. Les policiers qui assuraient sa garde, parlent d’évasion sans toutefois en révéler les circonstances. Les informations recueillies par ACAT- Burundi auprès des co-détenus convergent sur l’enlèvement de la victime par des agents du SNR.

Ce rapport indique que des personnes en tenues militaires et armées de machettes ont fait irruption chez Harindavyi Salvator et l’ont assassiné. Il était originaire la colline Mugendo, commune Bugarama, province Rumonge. L’administration à la base parle d’un règlement de compte lié à la sorcellerie. Les enquêtes n’ont, jusqu’actuellement, rien donné sur les auteurs du forfait. Makamano, originaire de la commune Gishubi en province Gitega, âgé de 53 ans, a été décapité dans la nuit du 17/04/2017 par un groupe des gens armés de machettes et des gourdins. Il était veilleur au chef-lieu de la commune Nyanza-Lac chez un commerçant appelé Manassé alias Mwarabu. Selon cette ONG locale, Niyongabo Jean, enseignant à l’école primaire de Bukeye, détenu au cachot du parquet Makamba est mort le 18/04/2017. Les autorités de la police judiciaire lui ont refusé la permission d’aller se faire soigner. Il était accusé d’escroquerie et de concubinage.

Ce même rapport parle l’assassinat d’une septuagénaire à Gitega et d’un autre homme à Muyinga Les auteurs et le mobile de ces assassinats restent inconnus. Il déplore la mort, le 10/5/2017, de l’Abbé Ntahondeyereye Adolphe âgé de 60 ans, Curé de la paroisse Gatumba qui avait été enlevé le 09/4/2017 par un groupe d’hommes armés. Après sa libération, sa santé est restée précaire jusqu’au jour de son décès.
Il rappelle les trois Imbonerakure Kwizera Cédric, Ndayishimiye Audifax et Harerimana, qui ont été tués dans une explosion d’une grenade dans un bistrot se trouvant à Gikoto dans la zone Musaga. Il signale également trois corps sans vie découverts dans la nuit du 06/O5/2017 au bord du lac Cohoha.

L’ACAT- Burundi invite la Procureure Générale de la CPI à accélérer les procédures judiciaires afin que les présumés coupables soient poursuivis pour les crimes commis.


Publié le 19 / 06 / 2017 par

Vos Commentaires

Donnez votre commentaire sur cet article!

Attention : votre commentaire n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un l'équipe éditoriale de Bonesha FM.

Votre Nom
Votre Email
Votre Commentaire